l’appât du gain ou les marchands du temple

Le capitalisme est sale, il n’appartient plus qu’à quelques cochons, à des maniaques obsédés par l’appât du gain, l’argent. Le capitalisme est parricide, fratricide, l’avidité est la mère de toute les guerres. La compétition n’est que vanité de pervers, elle fracture l’unité humaine, elle bâtit les frontières. Les jougs, les muselières… Quel intérêt d’exister si nos situations ne vont pas en s’améliorant ? naitre pour souffrir ? Le progrès ne vaut que si il s’amplifie dans le partage…

insoumis4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.