Vaccins ? l’abstention fut le meilleur choix

Vaccins ? l’abstention des députés France Insoumise ? Je ne déplore pas ce choix des députés bien au contraire, dire OUI c’était se soumettre, ce qui en soi n’est pas forcément une tare si l’efficacité des nouveaux ajouts de vaccins est prouvée, ce qui n’est pas le cas puisque pas encore injectés (10 piqûres avant 2 ans).

Voter OUI c’est aussi donner gain de cause à de possibles corruptions à minima assorties à un conflit d’intérêt prouvé de la ministre de la santé dont le mari dirige les laboratoires de l’Inserm.

Voter NON c’est s’arc-bouter contre les vaccinations et potentiellement prendre un risque énorme vu que certaines maladies refont surface, ce que personne ne peut nier.

S’abstenir c’est dire : Pas assez de débats, d’expertises, globalement : rien qui ne soit convainquant pour une majorité de Parents, de Français, exigences insuffisantes de la part du gouvernement comme de son président !

Et c’est bien la que le bat blesse et fait douter beaucoup de parents. Vu que ça a été le forcing, je pense que les députés France Insoumise ont fait le meilleur choix. Un choix sous entendant, on ne dit pas NON aux vaccins mais sûrement pas OUI dans de telles conditions d’échanges.

Quel choix ?

J’aurais choisi exactement la même chose…L’ABSTENTION ! pas question de partager un OUI béat dans ces conditions, ni un NON qui si il était suivi pourrait mettre la vie de nourrissons en danger. De toute manière cette abstention ne changera rien aux décisions de ce gouvernement incapable d’écoute et de réponses adéquates.

Et vous Madame la Ministre de la santé ?

Une expertise indépendante aurait été nécessaire, cela aurait évité bien des polémiques. Pourquoi, Madame la Ministre, dire dans un 1er temps que le vaccin ne sera pas obligatoire, puis dans un 2 eme temps qu’il le serait ? Dans le premier temps n’aviez vous pas conscience des bienfaits de ces nouveaux vaccins ? de leur absolue nécessité ? qui vous forcé à les rendre soudainement obligatoires ? En tant que spécialiste d’hématologie, d’immunologie, votre approche serait elle à géométrie variable ?