Macron n’aime pas la presse

Lors du congrès de Versailles, Macron a appelé la presse Française à plus de retenue, notamment après la loi de moralisation, une forme de pression dont l’exécutif use sans vergogne sur les médias depuis des semaines alors que sa propre moralité est douteuse à souhait…

Exemples:

– Quand le porte-parole du gouvernement a « invité » la presse à « ne pas chercher à affaiblir » la ministre du Travail Pénicaud pourtant accusée, preuves à l’appui…
– Quand « le citoyen » Bayrou a appelé Radio France pour se plaindre d’une enquête sur les salariés du MoDem
– Quand l’Élysée a laissé entrevoir une volonté de choisir les journalistes qui suivent les déplacements d’Emmanuel Macron (avant de rétropédaler)
– Quand Richard Ferrand a fustigé le « tintamarre médiatique » autour de l’affaire qui le touche et reproché au Monde de mettre « directement en cause [son] honnêteté » dans une enquête
– Quand Christophe Castaner a estimé que la presse ne devait pas « devenir juge »
– Quand le ministère du Travail a porté plainte contre X après la publication par Libération de documents sur la réforme du Code du travail..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.