Quand un fou ne peut certifier

Iran, le fou décoloré ne peut certifier l’accord nucléaire avec l’Iran. Un petit pas en arrière pour l’humanité, un grand pas pour la fureur et l’irresponsabilité.

Passons à l’imaginaire

Sur une des très rares îles de « l’univers » ou la vie pourrait être féconde, se démultiplier, ce fut seulement à la dernière seconde que nous apprîmes la vérité. Les 21 grammes qui se volatilisaient n’étaient pas « l’âme », sorte d’utopie possessive, imaginaire, inventée par un patriarcat avide de dominations, d’énergies et de matières palpables, distribuant les bons points, la lumière la plus douce ou la nuit la plus obscure, la récompense ou la punition, selon une hiérarchie de commandements fructifiant sur des îlots d’espérances éternellement insatisfaites, anarchiques, il ne s’agissait que d’un condensé microscopique, sorte de pulsion reptilienne, tentaculaire, ne se nourrissant que de fureurs avides, dévorantes, incandescentes, depuis que le temps était temps..

Passons à la réalité

La véritable question de fond qui se pose, c’est : Qu’à donc promis Israël à cette vieille chair tremblotante, nationaliste, vulgaire, aussi corrompue qu’un morceau de viande pourrissant ? Quels sont les lobbys qui sont parvenus à pousser cette brute épaisse, brutale, grotesque à cette décision ? Les lobbys de l’énergie ? de l’armement ? nationalistes ?  Israéliens ? Les idéologies d’extrêmes droites copulant à qui mieux mieux ?

Une unième autre vue

Et si cette décision n’était basée que de ce qui vient des terres d’Iran quand certains présidents affirmaient qu’il fallait éradiquer totalement et définitivement Israël ? L’ONU exigera t’elle la vérité ? elle ne le fit pas quand l’Irak fut intensément bombardé pour une prétendue détention d’armes de destruction massive. Qui gagnera ? l’avidité ou la vérité ? l’avidité économico-énergétique ?

Pour la plupart de nos concitoyens, ce sont menaces et terreur qui avancent pour l’heure, incontrôlées, sans finesse ni diplomatie,  épaisses comme une brume sale, poisseuse, quasi nucléaire….

PB.

Une réflexion sur « Quand un fou ne peut certifier »

  1. Très difficile de trouver le juste milieu dans les conditions actuelles au Moyen Orient entre les anti Musulmans, les anti terroristes et les antisémites, mais votre analyse a eu le mérite de faire la part des choses rappelant que l’Iran a lourdement menacé Israël, chose rare, les articles dans 90 % des cas vont contre Israël.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.