Gilets jaunes contre les abus de la finance

#giletsjaunes #Payetoiunjournaliste La presse n’aime pas le peuple qui s’exprime à travers les gilets jaunes, la presse s’outre, fustige, elle vitupère contre quelques tags que bien entendu elle n’ira jamais lessiver, mais elle est volontiers silencieuse sur les centaines de suicides chez le peuple, chez les retraités, chez les ouvriers, les employés et chez les policiers depuis des années ou sur les 500 morts annuels dans la rue !

La grande presse vit parfaitement bien. Quand aux gouvernements qui se succèdent, ils ne connaissent pas la crise. C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches disait Victor Hugo.

La misère des uns fait le pain des autres

La presse se glose sur les violences, et vit ainsi sur la souffrance des uns elle fait son audimat sur la misère des autres, glorieuse, va même chercher les commentaires des presses étrangères dont les Français n’ont que faire.  Évidemment, pas un mot sur les attentes et les revendications des gilets jaunes après 12 ans de taxes en tout genre par trois gouvernements successifs dont l’un se disait « ennemi de la finance »,  des années de fumisteries et d’abus que nombres de Français, dont les budgets familiaux sont réduit d’autant ne veulent plus laisser passer !

Des français lassés des politiciens

Et pendant ce temps, le président Macron joue à courage fuyons et fait le beau justicier au G20 ! il s’entretient avec les assassins qui ont tous du sang sur les mains jusqu’au menton, fait risette à Ben Salmane d’Arabie Saoudite ou à Trump l’Américain dingo venimeux de Twitter qui chasse le migrant et diffuse sa haine de  « l’étranger », et combien de risettes à d’autres du même acabit ? Macron entend les grands, les riches dont il n’est pas le président mais seulement le domestique mais est sourd aux attentes des Français,  pense t’il que cela peut durer ? Le gouvernement de Jupiter n’est il donc capable, comme ses prédécesseurs,  de ne faire que ruisseler que la misère ?

PB.